Des vignerons emballés par les préceptes de Balland

Photo Christophe Waterkeyn

Vers la mi-février, alors que le froid sévissait encore, une cinquantaine de passionnés de la vigne se sont réunis à l’abbaye de Villers-la-Vigne pour écouter les préceptes de Jean-Marie Balland, vigneron devenu conseiller en viticulture raisonnée. Parmi eux, une bonne délégation du vignoble de Genval.

C’est à l’invitation de nos amis de Villers-la-vigne que plusieurs Genvalois ont pris la route pour l’abbaye. Dans la salle, des vignerons et vigneronnes venus aussi de Lasne, du Poirier du Loup, de Sart Dames Avelines, de Torgny et bien sûr de Villers. Devant cette assemblée, Jean-Marie Balland s’est avéré aussi bonhomme et truculent que pédagogue. Il croit à l’aventure des vins belges: « la tendance va vers des vins pas trop denses, plus digestes, il y a une vraie opportunité pour les vins septentrionaux », observe-t-il. L’homme est au centre de son discours : respect de l’environnement, de la santé du producteur, comme du consommateur final.

Photo Christophe Waterkeyn

Il le dit avec des mots savoureux. Jean-Marie Balland dénonce les « terroirs caisse » et avoue sa TVA (taxe sur les Ventres arrondis). Comme le décrit Christophe Waterkeyn, « entre toutes ces gauloiseries bien légères, (Jean-Marie Balland) nous parle très sérieusement de la conduite de la vigne, de l’entretien du sol, de la fertilisation, de sa protection face aux maladies et attaques en tout genre et le pas à franchir vers une culture agro écologique qui comprend les volets éthique, agronomique, économique, écologique et sociologique ».

Photo Christophe Waterkeyn

La formation a duré deux jours. C’était dense, touffu, parfois ardu (des concepts scientifiques qui ont donné un mal de crâne à certains). Une vraie mine d’or en tout cas que la dizaine de représentants de Genval ne manquera pas d’exploiter. Il y avait également un volet pratique avec une leçon de viticulture au vignoble de Villers. Une leçon d’humilité aussi pour les tout jeunes vignerons que nous sommes.

Michel Dalet, un des Genvalois qui a participé au séminaire, en témoigne: « selon notre expert, peu importe la méthode choisie le but est de faire en sorte qu’elle soit bien comprise de tous et pensée en rapport avec le personnel dont nous disposons, c’est à dire un panel bien sympathique qui va de l’expert en jardinage au cultivateur de pissenlits que je suis. Nous avons donc devant nous un gros travail d’apprentissage et de pédagogie ».

Ce séminaire a permis aussi de nouer des contacts avec d’autres vignerons. Les repas partagés ont donné lieu à des échanges chaleureux. Le vin n’était pas que dans les discours. Il était aussi dans les verres. Sortant de là, chacun n’avait qu’une hâte: que le printemps arrive, que l’on puisse appliquer tous ces bons préceptes dans la vigne!

Photo Christophe Waterkeyn

Plus d’infos sur le vignoble de Villers-la-Ville: www.villers-la-vigne.be

 

 

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s