Colette Carpentiez, d’un lac à l’autre

161219_lac-de-genvalColette Carpentiez a signé l’étiquette de notre Villa Beau Site 2014, la cuvée Caroline Lamarche. On y reconnaît le lac de Genval. Mais c’est sur les rives d’un autre qu’elle a construit sa palette de couleurs: le lac Tanganyika.


Colette a vécu son enfance près d’Albertville (aujourd’hui Kalemie), au Congo. Les couleurs, les lumières, les parfums d’Afrique ont nourri son imaginaire. Revenue subitement en Belgique en 1960 avec sa famille, elle a suivi des études d’Art déco, puis d’Arts plastiques. Elle a enseigné de nombreuses années dans diverses écoles. Elle trouvait un plaisir particulier à apprendre aux plus jeunes des rudiments de technique, tout en stimulant leur créativité et leur spontanéité.

161218colettecarpentiez5Colette se rappelle la grande  boîte de 72 crayons qu’elle avait reçue toute jeune et dont elle conserve le dernier, tel un talisman hérité de son aventure africaine. L’essentiel n’est pas dans les outils, mais dans le papier, le travail, le sens de l’observation, souligne-t-elle. Elle montre le dessin d’un oiseau, parfait, réalisé avec des crayons bien ordinaires prêtés par les enfants de sa classe.

161218colettecarpentiez1Longtemps immobilisée à la suite d’un accident, l’artiste rixensartoise a trouvé un peu d’évasion en croquant son quotidien, les animaux, les arbres de son jardin. Il ne faut pas aller loin pour voir de belles choses, se plaît-elle à mentionner. Elle a découvert les multiples petites chapelles dans son quartier et en a tiré un livre très joliment illustré: « Balade aquarellée dans Rixensart ». Ce n’est ni un chemin de croix ni un calvaire, mais la mise en valeur d’un patrimoine méconnu, niché dans des quartiers verdoyants. Son recueil est en cours de réédition (on pourra le trouver notamment à la librairie du Chat Botté, 4 rue du Monastère à 1330 Rixensart).

161218colettecarpentiez3

« J’ai suivi des cours et je travaille au sein d’un atelier. C’est très agréable de pouvoir échanger sur nos techniques, d’apprendre des gestes, de bénéficier de regards extérieurs sur ce que l’on fait. Ce contact est essentiel », mentionne Colette.  Elle maîtrise plusieurs techniques, mais porte une affection particulière à l’aquarelle, un art difficile où il faut faire de l’eau son amie, se réjouir des cadeaux qu’elle peut apporter à une oeuvre.

161218colettecarpentiez2
161219etiquette2014avantColette ne manque pas de projets. Curieuse de tout, elle s’est initiée à l’art délicat du Sumi-e, auprès d’un maître japonais, une technique de lavis à l’encre noire où le geste doit être précis et réfléchi, à la fois si simple et si complexe. Elle aimerait à présent aménager un atelier de gravure dans sa maison, une demeure où chaque point d’éclairage met en lumière un de ses trésors, gouache, acrylique, aquarelle ou gravure.

Lorsque le vignoble de Genval lui a proposé d’illustrer l’étiquette de sa cuvée 2014, Colette Carpentiez a accepté bien volontiers le défi. Elle possède deux pieds de vigne dans son jardin, dont un bordelais qui s’est développé contre sa maison, un cépage fort luxuriant. Elle aimerait pouvoir croquer le raisin genvalois au domaine du Beau Site, à la saison prochaine. Le vignoble lui est ouvert.

Colette Carpentiez sur Pinterest: https://www.pinterest.com/ccarpentiez/

161219etiquette2014arriere

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s