Vignoble de Genval, vocabulaire pour les jeunes vignerons

1607010Matinee_33Ce dimanche, il faudra dédoubler, ébourgeonner et vérifier l’épamprage au vignoble de Genval. Par ces actions limitera le nombre des rameaux et évitera la constitution d’entassements. Mais en quoi cela consiste-t-il, exactement? Suivez le guide rédigé par Bernard, notre maître de culture.

 Trois opérations sont à effectuer après la taille de la vigne. On procède avec les doigts, sans sécateur.

Sur le pied de la vigne et entre les coursons

Epamprage :
Objectif : il s’agit de retirer les pampres, ces pousses qui apparaissent sur le vieux bois et qui, en général, ne sont pas fructifères. (Celles situées à 20 ou 25 cm du sol sont d’office retirées).
Une exception pour un pampre situé plus haut: en cas d’absence de rachet on peut décider de conserver un pampre bien positionné à l’arrière du pied en vue de constituer un nouveau rachet. Dans ce cas il faudra par la suite le palisser verticalement.

Sur la charpentière ou sur les coursons

Ebourgeonnage :
Objectif : il faut supprimer les bourgeons et les rameaux inutiles pour éviter un excès de départ de végétation ainsi que des entassements susceptibles de véhiculer des maladies du feuillage. On doit limiter le nombre de départs et donc faire une sélection en conservant ceux qui sont le mieux situés sur la charpentière : le plus vertical, le plus vigoureux ou celui qui est fructifère. On supprime ceux dont le départ est latéral ou situé sous la charpentière. Si la végétation ne s’est pas encore assez développée, on remet le travail à plus tard. Ces rameaux ne portent théoriquement pas d’efflorescence.

Dédoublage : opération proche de l’ébourgeonnage. Il s’agit d’enlever le contre-bourgeon qui a donné naissance à un rameau.
Objectif : pareil à celui de l’ébourgeonnage. Les règles de choix sont identiques. C’est encore plus indispensable car le rameau issu du contre-bourgeon est vraiment trop proche du rameau principal et nuit ainsi à son bon développement.
Il faut chercher un équilibre entre une aération suffisante de la vigne et le maintien d’un couvert végétal suffisant!

!!! Les gourmands situés à la base des tiges des feuilles peuvent aussi être enlevés.

 

Bon à savoir:

  • La vigne est une liane, elle a tendance à donner un maximum de force aux extrémités. La limiter en longueur ou en hauteur lui permet de se renforcer là où on le souhaite.
  • Les grappes poussent uniquement sur les rameaux de l’année.
  • Important : travailler en binôme permet d’examiner ensemble le potentiel du pied, la vigueur de la charpentière, la présence d’un rachet, le nombre de coursons, le nombre de grappes…
  • Favoriser la conservation des sarments qui montent en ligne droite (la ligne de sève).

Conseil de John, du vignoble du Bois des dames :

  • Une fois la vigne à maturité, on doit laisser quatre ou parfois un cinquième courson.
  • Il ne faut pas laisser pousser de grappe sur le rachet. Lorsqu’un rameau a produit du raisin une année, il n’en produit plus l’année suivante.

 

Bernard Bourgois, sur base d’un document préparé avec Joseph

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s